Bagatelle Dam : Au bord du nouveau lac

Bagatelle Dam

Sous l’œil d’un oiseau, le lac s’étend fièrement au milieu des terres agricoles dans le district de Moka. La présence d’un point d’eau dans cette région vient booster la biodiversité. Le nouveau lac en image…

D’un barrage naquit un lac. Étendu sur 150 hectares, le lac salvateur des habitants des basses Plaines-Wilhems et de Port-Louis se pose comme un intrus au milieu du district de Moka. Ce qui fut autrefois champs de canne et sous-bois où vivaient oiseaux, reptiles et mammifères, abrite aujourd’hui une autre biodiversité.

Bagatelle Dam

14 millions de mètres cubes (m³) d’eau suspendus à l’Est de la Cybercité. On pourrait penser à un lac perché, car il s’élève à 400 mètres au-dessus du niveau de la mer. Son barrage long de 2,5 kilomètres s’élève à 48 mètres de haut. Si l’accès à la partie frontale est peu accessible au public, il est cependant facile de visiter le lac en passant par les autres points que sont les champs de canne ou la forêt qui entoure le lac.

Il faut passer par Côte-D’Or pour accéder au lac. Aucun panneau ne guide ceux qui souhaitent se rendre au Bagatelle Dam… la raison en est simple : il s’agit d’un lac d’approvisionnement d’eau potable et pas d’un lieu de divertissement. Pour s’y rendre, il faut guetter un sentier boueux entre les lignes de canne. Une fois détecté, ce passage étroit mène d’abord à une vieille bâtisse délabrée, abandonnée, mais à l’occasion utilisée par des disciples de Bacchus. Plus loin se dresse une cheminée datant de l’ère coloniale. Un arbre a élu domicile sur le toit de cette cheminée qui, autrefois, recrachait les vapeurs du jus de canne en ébullition. Autour de l’édifice, les plantes de canne s’effacent, laissant la place aux herbes qui se dressent plus haut qu’un homme de taille moyenne. Sous un vent de Sud-Est, les feuilles de canne jouent une seule note accompagnée tantôt d’un silence, tantôt des chants d’oiseaux.

Bagatelle Dam

Les cannes s’arrêtent brusquement sur un sentier latéral et le lac est caché par un épais buisson. Sur sa rive piaillent les oiseaux, certains marchant dans la boue, d’autres frôlant l’eau de leurs ailes avant de regagner les bois. Plus loin, quelques âmes pêchent le poisson. Les nouveaux locataires aquatiques remplacent les reptiles, insectes et petits mammifères.