Jérémie de Fombelle, General Manager de LUX* Le Morne – Post Covid-19 : l’écologie au secours du tourisme

Le Covid-19 est-il l’occasion d’une prise de conscience écologique par les hôteliers et par les voyageurs ?
Durant les derniers mois, non seulement les voyageurs, mais le monde entier a été témoin des effets positifs du confinement sur l’environnement. Les images satellitaires de la Nasa ont montré que la pollution atmosphérique s’était nettement atténuée dans plusieurs pays. C’était également la première fois depuis 30 ans que Himalaya était visible de l’Inde. C’est donc le moment d’une prise de conscience pour le monde entier !

Je vois, en effet, un point de basculement pour remettre les questions écologiques au premier plan dans tous les secteurs économiques, y compris le tourisme. Selon moi, le tourisme doit avoir un impact positif sur les populations locales et sur l’environnement. D’ailleurs, cette forme de tourisme eco-responsable n’est pas nouvelle, elle est la tendance depuis quelques années déjà. Elle est aujourd’hui accentuée par le contexte très particulier dans lequel nous nous trouvons. Les études et sondages ont démontré que les voyageurs semblent rechercher des vacances en connexion avec la nature et orientées vers la culture, une fois la pandémie passée, plutôt que des séjours citadins. Les voyageurs veulent des expériences plus éthiques, plus authentiques et choisiront les hôtels qui incarnent le plus ces valeurs. Le tourisme durable n’est plus un luxe, comme il l’était avant la crise. C’est devenu une obligation.

Au sein de votre hôtel, quels sont les projets écologiques développés ces dernières années ?
Les projets phares de ces deux dernières années sont le Zero Food Waste et l’installation d’un système de dessalement d’eau de mer plus respectueux de l’environnement.

Le Zero Food Waste est un projet qui s’articule autour de deux engagements d’envergure. Il s’agit d’abord de proposer moins de produits alimentaires, pour éviter le gaspillage en ajustant nos commandes de nourriture et notre production en fonction des nationalités présentes à l’hôtel. L’autre engagement concerne la redistribution. La consigne a été de ne plus jeter des centaines de kilos de nourriture provenant de nos buffets et cuisines. La priorité est d’aller vers les personnes dans le besoin et vers ceux qui ont faim ou n’ont pas les moyens de se nourrir correctement. La nourriture qui reste des buffets ou dans les réfrigérateurs est donc congelée et acheminée vers les bénéficiaires que sont les ONG, les écoles et les centres sociaux.

Un autre projet phare est notre unité de dessalement de l’eau. Nous sommes entourés d’eau de mer et certaines méthodes de dessalement sont aujourd’hui fiables et plus responsables envers l’environnement. Nous avons donc décidé d’investir dans l’une de ces unités plus respectueuses de l’écosystème marin. En effet, la saumure (eau de mer concentrée) est diluée et ensuite déversée dans un puits et non pas directement dans l’océan, ceci afin de protéger notre lagon. Nous sommes aujourd’hui le premier hôtel à Maurice 100 % autonome en eau dessalée. Nous sommes sur une île. L’eau est précieuse. Nous sommes fiers de ne pas puiser dans les réserves d’eau du pays.

Quels sont les apports des projets ci-dessus ?
Zero Food Waste est un projet qui fait beaucoup de bien à la communauté. Il a, d’ailleurs, été primé au Worldwide Hospitality Awards, à Paris, il y a quelques mois, dans la catégorie Best Sustainable Initiative. Chaque mois, l’hôtel fait don de 700 repas à 100 enfants issus de familles modestes. Ce support a permis d’observer une note positive, notamment à ramener à la baisse le taux d’absentéisme, tout en augmentant le taux de réussite scolaire de ces enfants. Grâce à la distribution de nourriture, nous ne jetons et n’enterrons plus de déchets alimentaires. Nous réduisons la perte de nos ressources naturelles et notre empreinte carbone. Savez-vous que toute la chaîne alimentaire mondiale pèse pour un tiers des émissions de CO2 ? Concernant le dessalement d’eau, 230 000 litres du réseau Mauricien sont économisés chaque jour. C’est 82 millions de litres par an ! C’est la contribution de LUX* Le Morne pour préserver l’eau du pays.