Gorges de la Rivière-Noire : la magie de la forêt indigène

Maurice possède une riche biodiversité, mais n’a pu conserver que 2 % de sa forêt indigène et 25 % de ses coraux vivants. Les gorges de la Rivière-Noire sont le plus grand symbole de la biodiversité locale. Ce lieu abrite la plus grande concentration de plantes et d’animaux endémiques et en danger d’extinction du pays. Visite des gorges à vol d’oiseau…

Les matins d’hiver aux gorges offrent une vue différente de ce lieu. Le froid couplé à la brume qui se détache des arbres dévoile des contours étranges de la végétation endémique. Sur les branches quelques singes, mais aussi des oiseaux comme on n’en trouve pas ailleurs.

Les chanceux pourront apercevoir des cateaux verts ou encore le pigeon des mares et la fameuse crécerelle. Ces oiseaux endémiques sont uniques au monde tout comme l’ébénier noir et le tambalacoque qui sont dans ce parc depuis des siècles.

Penchées sur le flanc du Piton-de-la-Petite-Rivière-Noire, les vallées aux montagnes entrelacées donnent le vertige. Elles enivrent au point de donner l’envie de voler. Et au milieu, coule une rivière… L’eau glaciale provenant des cascades et des sources est perpétuelle. Aucun bruit mondain, aucune pollution. Que du vert.

Malheureusement, aujourd’hui, les gorges, symbole de l’île Maurice verte, se dégradent sous l’action des hommes. Certains randonneurs pollueurs laissent leurs détritus dans les sentiers du parc.