En forêt avec Daniëlla Smit

Daniëlla Smit

Pour Daniëlla Smit, 24 ans, une journée extraordinaire démarre avec l’appel de la forêt. La Sud-Africaine est une « nemophilist ». Incursion dans son monde !

Daniëlla SmitIl était une fois, une petite fille du village qui se rend dans les bois… Ce n’est pas l’histoire du Petit chaperon rouge, mais celle de Daniëlla Smit, la nemophilist. D’après le dictionnaire d’Oxford, ce terme a pour définition : « A person who loves woods or forests. » Cette description prend tout son sens pour Daniëlla Smit, lorsqu’elle se prépare pour le parcours de 25 km du Dodo Trail en 2015.

Ce faisant, elle découvre des itinéraires tracés entre des pistes côtières très élevées et des sentiers étroits et touffus, voire des routes peu fréquentées. Novice dans le domaine, elle continue sa route et dépasse le panneau des 10 km. Mais la situation commence à se gâter pour la jeune Sud-Africaine : le soleil brûle de tous ses feux et la vue de la Tourelle du Tamarin est si loin. Et le parcours est très technique.

En chemin, quelques caravanes et elle font un détour de 5 km, après avoir raté un marquage en forêt. La poisse ! Car une heure de plus s’ajoute à la durée de huit heures établie par les organisateurs du Dodo Trail. Mais Daniëlla Smit est déterminée à atteindre son objectif final : la ligne d’arrivée. Cela quitte à y ramper ! Elle brave ainsi douleur et soleil brûlant pour se rendre au sommet de la montagne. Le sentiment d’atteindre son objectif et admirer la vue imprenable sur le Morne, apprécier la diversité de la faune et de la flore font que l’effort en valait la peine.

Coucher de soleil

Puis en 2018, Daniëlla Smit se fixe un autre objectif : camper à Piton-des-Neiges, à 3 069 m d’altitude. Aussi rêveur que cela puisse paraître, le sac à dos de 15 kg et les conditions météorologiques extrêmes à -2 °C constituent un défi de taille pour la jeune femme. Mais elle y vit une expérience inoubliable en assistant au coucher du soleil, à l’éruption du volcan Piton-de-La-Fournaise et au lever du soleil sur ce sommet exceptionnel au-dessus des nuages.

Croyez-moi, vous ne rentrerez jamais chez vous sans vous sentir renouvelé et plein d’énergie »

Daniëlla Smit

Détermination

« L’apparence grandiose de la montagne intimide. Mais au final, le plus important est le sentiment de réussite de l’avoir gravie, tout en sachant que le seul obstacle entre nos capacités et la montagne, c’est notre niveau de détermination », explique-t-elle. L’escalade la revigore. « Croyez-moi, vous ne rentrerez jamais chez vous sans vous sentir renouvelé et plein d’énergie. »

Pour elle, le plus important, c’est la chance d’être au cœur de la nature. « Je vous promets que vous ne regretterez pas de perdre la connexion Wi-Fi, car votre âme serait connectée à une fréquence beaucoup plus profonde, celle dont vous avez vraiment besoin. »

En tant que chercheuse, Daniëlla Smit indique que sa profession est axée sur les objectifs de développement durable dans la région de l’océan Indien. « Rien n’est plus important que de conserver et d’embrasser le beau monde dans lequel nous vivons », estime-t-elle en arborant un magnifique sourire.

Pour la jeune femme, le temps passé en forêt donne à l’esprit et à l’âme la capacité de réfléchir à ce qui compte vraiment. « Vous serez surpris de découvrir la force qui réside dans votre processus de pensée pour vaincre la montagne et les défis de votre vie quotidienne. »

Je vous promets que vous ne regretterez pas de perdre la connexion Wi-Fi, car votre âme serait connectée à une fréquence beaucoup plus profonde, celle dont vous avez vraiment besoin »

Daniëlla Smit

L’étincelle

Il est si facile de se laisser submerger par les turbulences du monde, indique-t-elle. Et de souligner que de nombreuses personnes perdent leur étincelle en cours de route. Mais comment nous réinitialiser et retrouver l’étincelle ? « En tombant amoureux des forêts », répond la Sud-Africaine, tout en éclatant de rire.

Pour elle, la brise fraîche du matin et la tranquillité que procurent les forêts sont des stimulants naturels. Cependant, elle ne cache pas que parfois sur les sentiers, elle se pose la question suivante. Pourquoi me suis-je réveillée à 4 heures pour aller aux Gorges pour une randonnée ou pour courir entre 10 et 20 km un samedi ?

Quelque part entre le pied et le sommet de la montagne, Daniëlla Smit trouve la réponse à cette interrogation. Elle cite Gandhi : « Soyez le changement que vous souhaitez voir dans le monde. » Puis, la nature l’appelle : « Je dois y aller… J’espère vous y rencontrer lors de mes ballades. Croyez-moi ça fait un bien fou ! »

Daniëlla Smit